1. Home
  2. Blog
  3. Conseils
  4. canonr6

Le Canon EOS R6 en mode photographie d’oiseaux (test bref)

Le Canon EOS R6 en mode photographie d’oiseaux (test bref)

Un Autofocus bestial?

Un des arguments de Canon et Nikon pour changer nos appareils photos reflex contre les nouveaux appareils hybrides sans miroir est le suivi nettement optimisé de la mise au point des systèmes AF. Après la reconnaissance faciale et oculaire chez l’humain, c’est la capacité aussi à reconnaître les animaux avec une mise au point sur leurs yeux. J'ai donc pu tester le tout nouveau Canon EOS R6 sur ce point précis et dans ses oeuvres en général.

Soleil de plomb, haut dans le ciel, grosse chaleur d’environ 30 degrés, ces conditions ne sont pas bonnes pour la photographie BIF (BIF: birds in flight = oiseaux en vol). Les oiseaux aquatiques préfèrent se dodeliner à l’ombre de la tour d’observation. Alors, optons de plus près pour le RF 70-200 mm. Dingue, vraiment décontracté? Ouverture du diaphragme sur 2,8 (n’est-ce pas une question de netteté!), viser brièvement la tête du canard avec le champ de mesure sélectionné, définir le cadrage et déclencher.

Le plus souvent, le champ de mesure AF actif «colle» à l’oeil de l’oiseau. Que n‘ai-je pas «bidouillé» avec le joystick (puis sur l'écran tactile avec l’EOS R) lorsque l’oie cendrée tournait la tête et que le cadrage changeait complètement. Il existe aussi des aberrations, lorsque notamment l’algorithme confond brièvement la narine dans le bec avec l’oeil. Mais c'est comme ça, aucun mode automatique n’est parfait. D'un point de vue technique, la photographie, depuis les premières mesures d’exposition intégrées, nous fait connaître les limites de l’automatisme et savoir comment utiliser le mode manuel le cas échéant.

On peut ainsi être irrité lorsque l’oeil noir dans le plumage noir de la poule d’eau n’est pas toujours identifié (et soit dit en passant, lorsqu‘en plus elle court nerveusement sur le rivage tout en secouant la tête d‘avant en arrière). Ou on met hors service la reconnaissance des animaux, pour laisser l‘AF se fixer sur le bec rouge-jaune et déclencher une fois que l‘oeil est dans le champ de netteté. Je ne veux pas enjoliver, mais je préfère le verre à moitié plein qu’à moitié vide.

Ti sento chiedere se ne hai bisogno. Certamente non necessariamente. Ma aiuta molto. Se si può lasciare all'elettronica il compito di portare il campo di AF con il posto importante dell'immagine, si ha più tempo per concentrarsi sugli aspetti creativi, ma anche sul comportamento dell'animale.

Oiseaux en vol

Je suis habitué à attendre les oiseaux en vol et apprécie être sur mes gardes tout en restant décontracté. Mais cela peut être usant d’attendre jusqu’à ce qu’un volatile décide de prendre son envol. Seul le héron cendré avec son vol paisible ne pose aucun problème au système AF.

Le deuxième soir, je suis épaté par une famille d’oies cendrées dans un atterrissage groupé ultrarapide. Choisir une oie sur six en train d’atterrir et la garder dans le viseur, cela demande une dextérité sans pareil. Je mène ma tâche à bien, comme l’AF le fait à son tour. Il semble ne pas avoir eu le temps d’identifier un animal, mais il suit de manière assez fiable l’«objet volant non identifié». Il serait illusoire de tirer une conclusion avec si peu.

Je suis convaincu de pouvoir obtenir un résultat bien meilleur avec le R6 en testant davantage et en optimisant les réglages qu’avec tous mes appareils photo précédents. Avec un objectif rapide, l’AF du R6 est très rapide et ses possibilités dépassent celles de ses prédécesseurs, car il semble s’adapter à la manière de travailler du photographe.

Et quoi d’autre?

Et bien le R6 comme le R5 vont dans la bonne direction. Les essais dans la photographie animale avec mon EOS R m’ont déçu par la vitesse avec à peine 5 clichés/sec. Suivre quelque chose en mouvement, des oiseaux ou même des séquences de jeu au handball est une question de chance avec les «bougés du viseur». Le R6 est par contre rapide et souple, ce qui permet de l’utiliser comme un EOS 5D. Le joystick permet de sélectionner rapidement des plages AF ou des groupes de plages et la molette de défilement donne la possibilité aux adeptes du 5D ou 1D de se servir de l’appareil comme d’habitude.

Avec son capteur de «seulement» 20 MPixels, cela limite toutefois la possibilité pour les cadrages (Crop). Le mode Crop 1.6x particulièrement utile pour la photographie d’oiseaux donne des clichés avec 3408 x 2272 px, donc pas plus de 8 mégapixels. Lorsqu’on utilise le capteur dans son entier, la qualité photo est encore bonne même avec ISO 6400, et même avec ISO 10 000 si nécessaire.

L’auteur

Né en 1964, Urs est photographe professionnel chez Interdiscount et s’adonne pendant son temps libre à la photographie de la nature. Dans son blog, il publie régulièrement des données sur son savoir-faire ainsi que des informations sur la finesse technique et les nouveautés dans le domaine de la photographie.